01/06/2008

QUELLES TROPÉZIENNES POUR L'ÉTÉ ?

En réponse au commentaire de Sabine qui me parlait de tropéziennes, voici ce qu'il faut savoir et ce qu'il faut choisir. Galvanisées par la tendance internationale de la spartiate l'été dernier, nos tropéziennes ont eu à nouveau le vent en poupe. Et c'est tant mieux. Une fabrication soignée, un choix de styles et l'aura de St Tropez ont été à l'origine du succès de ces chaussures depuis 80 ans. Les tropéziennes, (pour les néophytes) sont des sandales fabriquées exclusivement à St Tropez. Deux marques en ont le label: K.Jacques(très connu) et Rondini. Pour les tropéziens de souche, l'authentique tropézienne, c'est la Rondini. C'est la plus ancienne, elle a une boutique (sauf erreur, la seule) à St Tropez, sa production est quasi confidentielle et est sur mesure. C'est donc la plus chic. Ses prix sont sensiblement les mêmes  que K.Jacques sa rivale qui a une politique commerciale plus forte et que l'on trouve partout dans le monde. Mais aujourd'hui, Rondini vend en ligne, son site n'est pas top (on voit mal les modèles) mais c'est déjà ça. Pour l'été 2008, les "it-tropéziennes sont les spartiates montantes dans toutes ses versions (cuir naturel, vernies, argent) (4 - caravelle  165€ et 5 - Agopos 165€ de K.Jacques) qui sont parfaites avec : les shorts, les jeans coupés en shorts, les jupes larges et toutes les robes. Mais on peut opter pour un modèle classique (6-Homère 140€ K.J. 3- Bikini de Rondini 120€) avec 1 robe longue, 1 jean retroussé, 1 jean large. Les formes 1 et 2 (Valérie K.J. 140€ et Salomé de Rondini 135€) sont toujours divines car elles font un pied fantastique, avec 1 pantalon ample, 1 robe large, 1 robe longue, 1 jean blanc ou couleur droit. Les tropéziennes ont une durée de vie très longue, elles vieillissent bien. J'ai acheté ma paire de Homère en juin 1989, je les ai beaucoup portées les 2 années suivantes puis occasionellement ensuite. L'année dernière, je les ai ressorties triomphalement, elles sont patinées à souhait et sont encore parties pour un tour. Ce genre d'exploit devient rare. Voilà une autre raison d'en acheter. Sinon, beaucoup d'autres marques font ce type de sandales. J'en ai vu sous la marque "les tropéziennes", je n'en sais pas plus. On en trouve à tous les prix, il faut juste éviter celles dont les lanières sont trop larges et celles bon marché en version argent ou or qui peuvent faire "toc". Pierre Hardy en a fait de magnifiques pour GAP, Valérie Salacroux en propose de ravissantes, fabriquées au pays Basque. Les versions "python" ne sont pas à négliger de jour comme de nuit.

"caravelle" de K. Jacques

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Super et quelle rapidité!!! Merci pour les idées.. il ne me reste plus qu'à les acheter...
Sabine ( la soeur de Marion)

Isabelle Oziol de Pignol a dit…

Alors c'est toi la mystérieuse Sabine! C'est super adorable que Marion t'ai donné l'adresse de mon blog. Comme je n'ai pas mis mon blog sur un annuaire ni fait de "l'autopub" sur d'autres blogs, je connais toutes mes lectrices et là après une mystérieuse LULU il y avait une mystérieuse Sabine, je n'avais tout simplement pas pensé aux soeurs! Je suis ravie que ce blog débutant te plait. @ très bientôt. Bisous.

Marie greluche a dit…

Wouhhhaaa .... je cherchais des avis sur le modèle Caravelle de K Jacques et je tombe sur ce blog et ce super exposé sur les tropéziennes !!

J'ai acheté une paire d'Agopos la semaine dernière et j'en suis complètement folle ! Elles font un pied dément.
Maintenant je me tate à prendre des Caravelle en cuir noir.

Isabelle Oziol de Pignol a dit…

Chère Marie la bordelaise,
Je suis ravie que cet exposé vous a plu. Je suis allée sur votre blog et je suis tombée par terre, vous parlez de dotclear 2 sur lequel je compte déménager! Vous avez compris en un clic la nullasse en informatique qui sommeille en moi! Du coup j'ai commandé votre livre. Je sens que je vais devenir accro à votre blog.